Forum des clans FAFE et FFE

Forum consacré aux jeux World of Tanks, World of Warships et aux clans Forces Armées FrancophonEs et Forces spéciales Françaises et Etrangères

Derniers sujets

» Les bonnes touches en jeu
Lun 28 Nov 2016, 14:25 par Annibal

» Takao for ever
Ven 25 Nov 2016, 22:09 par Annibal

»  Le pantheon des records
Lun 07 Nov 2016, 02:48 par sea21

» WoWS – Halloween Mode : Saving Transylvania
Ven 28 Oct 2016, 20:44 par angecielfrench

» Compétition 1v1 - L'arène des tankistes
Mer 05 Oct 2016, 14:57 par veget

» Un Kraken sinon rien !
Lun 03 Oct 2016, 22:46 par Maleficio

» Game Update 0.5.12
Jeu 29 Sep 2016, 13:01 par Maleficio

» utilisation du canon d'un char
Sam 24 Sep 2016, 20:37 par lighthammer99

» Harmiia ja ja !!
Mer 21 Sep 2016, 22:12 par Eragon_89

» [JOKE INSIDE] Qu'est ce qu'un troll ...
Jeu 15 Sep 2016, 16:45 par Ashura10

» Recrutement
Jeu 15 Sep 2016, 12:22 par Invité

» misse a jour clan
Mer 14 Sep 2016, 05:37 par angecielfrench

» Candidature Sweethardfr
Jeu 08 Sep 2016, 11:33 par Invité

» Game Update 0.5.11
Mar 06 Sep 2016, 23:34 par angecielfrench

» À la rencontre du Dunkerque
Lun 29 Aoû 2016, 15:58 par angecielfrench

Ajouter des utilisateurs Mumble


Ajouter des utilisateurs Mumble



    Histoires de chars

    Partagez

    Invité
    Invité

    Histoires de chars

    Message par Invité le Mer 24 Aoû 2016, 04:06

    Voila aujourd'hui je me lance dans une petite aventure, grasse a ma passion et a mes connaissance je vous propose de découvrir l'historique de la plupart des chars de Wot.

    French Heavy Tank AMX 50B



    Juillet 1945, au lendemain de la libération, l’État-major français exprima le besoin d’un char lourd de conception nationale. Avec les bilans tirés du dernier conflit mondial, l’armée française présenta un cahier des charges précis de ce qui devait être le futur char principal de l’armée. Le char devait être comparable aux nouveaux chars des forces armées americaines et de l'URSS. En effet, il était demandé un armement d’une puissance minimale équivalente au canon de 88 mm du Tigre II allemand. Il était aussi demandé un blindage équivalent à celui du Panther et une mobilité proche de celle du T-34.

    L' AMX 50, a été développé a partir de 1951 par la  DEFA (direction des études et fabrications d'armement) . En 1958, l'AMX 50, ainsi nommé AMX 50 B, a reçu un certain nombre d'améliorations, y compris un profil bas et une coque moulé et de nouvelles barres de torsions. Une nouvelle tourelle oscillante avec un canon de 120 mm a été monté sur le véhicule. Malgré le fait que la puissance du moteur Maybach  fourni 1000 ch, les spécialistes de la société allemande Gruppe M cherchaient une solution qui permettrait au véhicule d'atteindre la vitesse de 65 km / h. Un seul prototype fini de cette variante a été construit.



    L'AMX 50 B est la dernière évolution de l’auto-chargeur ( autoloader) de la ligne lourde française. Celui ci est très similaire à son prédécesseur, l'AMX 50 120, et est essentiellement une version "gonflée" de celui-ci. A savoir, il est plus maniable et plus rapide que l' AMX 50 120, principalement en raison d'un coup de pouce en chevaux vapeurs. La conception de l'armure de la coque moulée à un angle extrême est une évolution capable de faire rebondir les coups. Bien que le canon de 120mm soit le même que celui du 50 120, il a été considérablement améliorée dans la vitesse de rechargement, le système de visée, le temps intra-barillet, et les angles d'élévation de l'arme on été améliorés. Mais l'AMX 50B a toujours la crémaillère de munitions vulnérable qui a sévi sur l'AMX 50 120.

    Les essais montre que le char serait supérieur à ses homologues américains et soviétiques qu'étaient respectivement les M26 Pershing et IS-3.

    Si la France semblait prête à accepter le projet, ce n’était pas le cas de la RFA qui s’inspirait des doctrines de l’ex-général Guderian, partisan de chars plus légers et plus rapides.

    Le développement de nouvelles technologies et de capacités dans le domaine des missiles et des obus à charge creuse allait rendre le blindage massif du char obsolète et inadapté à un futur conflit de grande envergure.

    Invité
    Invité

    Re: Histoires de chars

    Message par Invité le Mer 24 Aoû 2016, 14:55

    merci pour ces infos très interressantes

    Invité
    Invité

    Re: Histoires de chars

    Message par Invité le Mer 24 Aoû 2016, 14:57

    quel char souhaiteriez vous voir prochainement ?

    Invité
    Invité

    Re: Histoires de chars

    Message par Invité le Mer 24 Aoû 2016, 15:07

    si tu as d'autres infos sur d'autres chars. Tu peux envoyer sans problemes.
    On devrait meme créer un topic sur l'histoire des chars

    Invité
    Invité

    Re: Histoires de chars

    Message par Invité le Mer 24 Aoû 2016, 15:09

    ah oui j'ai plein de fiches toutes prêtes
    crée un topic dédié serait une bonne idée Smile

    Invité
    Invité

    Re: Histoires de chars

    Message par Invité le Mer 24 Aoû 2016, 21:31

    Continuons sur nos chars francais

    Heavy Tank ARL 44



    Sous l'occupation allemande de la France, des études clandestines sont menées pour le développement de chars d'assaut.

    Mais celles ci se limitent pour la plupart à la conception de pièces ou à la construction de châssis chenillés, sous couvert d'un " prétendu usage civil " ou d'un usage pour la Kriegsmarine. Elles sont coordonnées par le CDM (« Camouflage du matériel »), organisation secrète de l'armée de Vichy qui tentait de produire des matériels interdits par les conditions d'armistice.

    Le but de ces diverses initiatives était d'arriver à les combiner pour mettre au point un char de combat de 30 tonnes, armé d'un canon de 75 mm. Les projets dans lesquels s'intégraient la conception des pièces étaient très disparates, portant sur des trolleybus, sur le matériel roulant et chenillé du chemin de fer transsaharien et sur un chasse-neige destiné à la Kriegsmarine en Norvège. Les bureaux d'études de Laffly et Lorraine sont concernés, ainsi qu'une équipe d'ingénieurs de l'armée en territoire occupé.

    Ci dessous version équipé du canon de 90mm


    Lorsqu’en août 1944, Paris est libérée, le nouveau gouvernement provisoire fait tout son possible pour permettre à la France de retrouver sa place de grande puissance. Il essaye donc de rétablir un statut de partenaire à part entière des Alliés, contribuant pleinement à l’effort de guerre, et non plus celui d’une nation fortement assistée (comme peuvent l’être la Pologne, la Tchécoslovaquie ou la Norvège, ayant chacune leur gouvernement en exil luttant aux côtés des Alliés).

    Un des moyens pour y parvenir rapidement était de reprendre la production de chars. Avant guerre, la France était en effet le deuxième producteur mondial de blindés, après l’Union soviétique. Toutefois, les chars légers et moyens français conçus pendant l’entre-deux-guerres étaient alors devenus totalement obsolètes, il n’était donc pas possible de relancer les chaînes de montage préexistante, ni même envisageable d’apporter des modifications simples à ces modèles pour leur permettre de revenir à un niveau comparable aux chars allemands, tels les Panther ou les Tigre. Il était toutefois possible d’apporter une réponse satisfaisante en produisant un char de vraiment très grand tonnage : un char énorme et bien armé pouvait toujours être utile et constituer une gêne pour les Allemands, même s’il était constitué de pièces de conception ancienne, et ce d’autant plus que les Britanniques et les Américains n’avaient pas jusque-là réussi à concurrencer sérieusement les chars lourds allemands.



    On décida de produire 600 chars lourds, dont la conception serait confiée à la Direction des études et fabrications d'armement (DEFA), a l’occasion, les ingénieurs des anciens APX (les Ateliers de Puteaux) et AMX (les Ateliers de construction d'Issy-les-Moulineaux) ce sont regroupées.

    Mais cependant la construction est confiée aux Ateliers de construction de Rueil (ARL), ce qui implique la dénomination du char, ARL 44, avec 44 pour 1944, année de conception. Le cahier des charges n’était initialement pas très ambitieux, portant sur un véhicule d’une trentaine de tonnes avec un blindage de 60 mm, et armé du nouveau canon long de 75 mm modèle 44 – lequel permettait de perforer 80 mm d’acier à 1 000 m – développé par Lafargue à partir du canon de 75 mm CA32



    Comme les ingénieurs français se sont trouvés plutôt isolés du reste du monde, ils ont basé leur réflexion sur ce qu’ils connaissaient, à savoir principalement les chars B1, G1 et le FCM F1. Contrairement à ce qu’exposent certaines sources, l’ARL 44 ne provient pas directement du projet antérieur ARL 40. Les ingénieurs ont bel et bien tenté d’utiliser au maximum les nouveaux éléments développés entre 1940 et 1944, bien que la plupart d’entre eux s’avérèrent impossibles à intégrer.

    De leur inspiration sur d’anciens modèles, le bureau d’études dota l’ARL 44 d’antiques suspensions verticales à ressort hélicoïdal avec les toutes petites roues du B1, limitant malheureusement la vitesse de pointe du nouveau char à environ 30 km/h. L’idée de recourir à des suspensions de conception plus récente, mais d’origine étrangère, comme des suspensions Christie, fut tout simplement évincée sous le prétexte qu'un tel emprunt aurait compromis le caractère « 100 % français » du char. Dans la même veine, la motorisation fut pensée tout d’abord sur la base d’un Talbot de 450 ch ou d’un Panhard de 400 ch. Le développement fut très lent, du fait du manque de ressources et d’infrastructures dans la région parisienne, suite aux destructions lors des bombardements. Il était même compliqué de trouver du papier ou du matériel à dessin.



    En février 1945, lors d’une réunion entre ingénieurs et officiers de l’armée française, les représentants des forces blindées assénèrent qu’un char répondant à un tel cahier des charges n’était d’aucun intérêt, puisque étant à peine en mesure de rivaliser avec un Sherman américain, char disposant d’une telle disponibilité qu’il était possible d’en obtenir de grandes quantités pour pratiquement rien auprès de l’armée américaine. On décida néanmoins de poursuivre son développement, en lui apportant toutefois quelques modifications :

    - un blindage incliné de 120 mm, ce qui fit passer son poids théorique des 43 tonnes qu’il avait déjà atteintes en études à 48 t.

    et le canon le plus puissant dont puissent alors disposer les Alliés, ce qui signifiait malheureusement soit un M1 de 76 mm américain, soit un 17 livres britannique, aucun canon de 90 mm n’étant alors disponible.



    À la fin de la guerre, seule une maquette en bois à taille réelle avait été réalisée par l’équipe d’ingénieurs dirigée par l’ingénieur général Maurice Lavirotte. Toutefois, la fin des combats n’a pas été synonyme de l’arrêt du projet. Afin de maintenir l’activité de conception de char de combat et de galvaniser le moral national, on décida de sortir une série de soixante chars, quand bien même on n’en avait plus besoin. En mars 1946, le premier prototype arrive au banc d’essai. La tourelle, modèle ACL1, est produire par les Ateliers et Chantiers de la Loire, avec un canon de 76 mm américain.

    Elle est ensuite remplacée par une tourelle Schneider, cousine de celle destinée au char F1 et équipée du canon de DCA navale de 90 mm à frein de bouche, faisant de l’ARL 44 le premier char français à bénéficier de cette technologie. Les essais au pas de tir débutent le 27 juin 1947, et prouvent une meilleure précision que le canon KwK 42 du Panther allemand, pris comme témoin lors des essais.

    À cause majoritairement de ce changement tardif d’armement principal, la conception de la tourelle prend du retard. Ce n’est qu’en 1949 que l’on arrive à adapter les tourelles sur les caisses. Celles-ci sont stockées depuis leur production en 1946. Quarante d’entre elles sont construites par FAMH et les vingt autres par Renault. Elles sont équipées de moteurs Maybach HL230 de prise subtilisés en Allemagne (et ce malgré l'intérêt qui leur était porté par les Américains), développant 600 ch.

    Ces moteurs sont le fruit d’une mission réalisée par le général Joseph Molinié durant l’été 1945, répétant ainsi l’histoire du char 2C qui, conçu à l’issue du premier conflit mondial, avait été motorisé grâce à des moteurs Maybach allemands



    L’ARL 44 se trouve dans la droite lignée des chars lourds français. La coque est allongée – plus de 9 m – mais plutôt étroite, configuration adaptée au franchissement de larges tranchées. Les suspensions encloses dotant de nombreuses roues, d’une conception déjà dépassées dans les années 1930, est l’indice le plus clair reliant l’ARL 44 au B1; plus exactement au prototype B1 ter. En cela, l’ARL 44 a souvent été comparé à la série de projets de chars super-lourds (‘’forteresses terrestres’’) « Super Char B », passées en bureau d’études avant-guerre.

    Sa vitesse, plutôt limitée, est la plus faible atteinte par un char de plus de 50 t conçu après-guerre. Cette médiocre performance s’explique par la puissance relativement faible du moteur, faiblesse partiellement compensée par l’usage d’une transmission électrique-essence. Le principal inconvénient de ce type de transmission est qu’il surchauffe facilement ; résultat, l’ARL 44 est équipé d’un impressionnant et complexe ensemble de ventilateurs et de circuits de refroidissement. Le pont moteur a dû pour cela être prolongé au-delà du train de roulement. La plaque de blindage formant le glacis de la coque fait 120 mm d'épaisseur1 et est inclinée à 45 °, donnant ainsi une épaisseur apparente de 170 mm lors d’un tir direct. Cela fait de l’ARL 44 le char français le plus lourdement blindé jusqu’à l’arrivée du Leclerc. Dans le glacis, en bas du côté droit, une mitrailleuse de 7,5 mm est posée en position fixe.

    La tourelle est la partie qui a l’air la plus moderne dans ce char ; il s’agit aussi visiblement d’une improvisation, soudage à cru de plaques de métal. Cette improvisation est rendue nécessaire simplement par l’incapacité pour Schneider de produire à cette époque-là des tourelles complètement moulées capables d’accueillir un canon de 90 mm.

    Néanmoins, la partie avant de la tourelle était, elle, moulée. Le canon dépasse beaucoup de la caisse, même si la tourelle se trouve pratiquement au milieu du char. Pour rendre son transport plus aisé, le canon a donc été prévu rétractable dans la tourelle. La motorisation de la tourelle est assurée par un moteur de Simca 5.


    Ci dessus ARL 44 au defilé du 14 juillet 1951


    L’ARL 44 équipe le 503e régiment de chars de combat, stationné à Mourmelon-le-Grand, en remplacement des dix-sept Panther utilisés par le régiment avant la fin des années 1950.

    L’ARL 44 est tout d’abord très peu fiable. Les freins, la boîte de vitesses et les suspensions sont trop frêles. Un programme de remise à niveau permet de remédier à la plupart de ces insuffisances. L’ARL 44 ne fait qu’une seule apparition publique, où dix chars participent au défilé du 14 juillet 1951.

    Lorsque le char américain M47 Patton devient disponible pour les pays de l’OTAN, doté également d’un canon de 90 mm, les ARL 44 sont réformés en 1953, et utilisés comme cibles pour les exercices de tir. La rumeur selon laquelle la majeure partie des ARL 44 a été exportée vers l’Argentine est infondée.

    Seuls cinq exemplaires subsistent. L’un au musée des blindés de Saumur, le deuxième dans la cour d’honneur du 503e régiment de chars de combat de Mourmelon-le-Grand, le troisième n’est qu’une épave se trouvant dans la zone technique du 2e régiment de dragons à Fontevraud-l'Abbaye10. Cette carcasse est plutôt complète, mais le canon a été démonté de la tourelle. Les deux derniers appartiennent à la collection de l'ASPHM à La Wantzenau, près de Strasbourg.


    Ci dessus l'ARL 44 conservé au musée des blindés de saumur

    Finalement, l’ARL 44 constitue un médiocre intermédiaire conceptuel pour l’arme blindée française, qui reçoit après coup le rétronyme de « char de transition ». Sa fonction principale aura finalement été de permettre aux ingénieurs français de concevoir et construire des chars plus lourds, et de se rendre compte qu’il n’était pas opportun de penser des chars trop lourds. Cette opinion est renforcée par l’échec du projet suivant, plus ambitieux, de l’AMX-50. Ce n’est finalement qu’après une césure de seize ans que la France arrivera à concevoir un nouveau char de combat principal, l’AMX-30, sorti en 1966.

    Invité
    Invité

    Re: Histoires de chars

    Message par Invité le Jeu 25 Aoû 2016, 16:53

    Aujourd'hui changeons de bord:

    T92 Howitzer Motor Carriage



    Le 240mm Hotwizer Gun Motor Carriage T92 est le tout dernier self-porpelled Hotwizer développé par les Etats Unies durant la seconde guerre mondiale. Le même chassit avec le 8-inch Gun M1 a été développé sous le nom de T93. Ils n'ont jamais été produits en nombre, la guerre s'est achevé avant de pouvoir les utilisés.

    Ce projet avait pour but de remplacer petit a petit Le M12, M40 et M43 déjà utilisés en Europe. (M40/43 en jeu)



    Le Canon de 240mm M1 etait difficile a utilisé a cause de son poids. L'utilisation d'un obusier de 155mm sur la caisse du M4 a été suggéré, mais il est aussi possible de le monter sur le Heavy tank T26E3 (T26E4 en jeu) nommé " Heavy Tank M26 Pershing " en mars 1945 et le canon 8-inch gun pouvait également être monté , cette modification lui a donné la désignation du T93 gun motor carriage comme dit précédemment.
    Le chassit a du être allongé, ce qui lui a valu l'ajout d'une 7eme roue et du déplacement du poste de conduite.

    Le premier modèle du T93


    Une production très limitée a débuté, et la production de 4 "véhicules pilotes" est lancée en mars 1945 et le premier a été terminé au moi de juillet en 1945. Au total 5 modèles de T92 ont été produits et en septembre, deux T93 ont également vu le jour. Le contrat s'est achevé lié a la fin de la guerre en septembre.



    Les essais du T92 et du T93 ont montré qu'ils pourraient être utiles dans l’opération Downfall, Le plan de l'invasion du territoire japonais. A ces fins des obus ont été spécialement développé pour pénétrer le Béton. Les T92 et T93 étaient sur le point d’être envoyés au combat contre le japon, mais après le bombardement d'Hiroshima et de Nagasaki et la capitulation du japon la fin de la guerre marqua la fin de l'air du T92 .



    En résumé, Le T92 et son petit frère le T93 étaient des projets très ambitieux, qui aurait connu leurs baptême du feu sur le sol japonais, et leurs aptitudes aux combat aurait pu démontrer un réel potentiel, mais la fin de la guerre a décidé de leur destin. A ce jour aucune artillerie moderne n'utilise un si gros calibre que le T92.


    Contenu sponsorisé

    Re: Histoires de chars

    Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 13:30


      La date/heure actuelle est Lun 05 Déc 2016, 13:30